Pendant ce temps…



Que se passe t-il du côté de la Galerie Cyal en cet hiver, tantôt froid tantôt chaud ? Que fait-elle en ce mois de février, mois des amoureux ? Que fait Siméon Colin aujourd’hui ? Bref, place aux actualités ! Toujours artiste, Siméon Colin expose ses forêts et ses arbres, toujours au crayon, au fusain ou à l’encre de Chine, toujours sur petits, moyens et grands formats au cœur de l’exposition L’Arbre & l’Œil au sein de l’entreprise ETHIEA Gestion.

Lorsque que le spectateur arrivait au creux de la grande salle René Capitant s’étendant sur deux étages, à la Mairie du 5e arrondissement de Paris (exposition Mes Arbres préférés, Siméon Colin, ayant eu lieu du 03 novembre au 19 novembre 2016), celui-ci pouvait découvrir avec émerveillement la grandeur des forêt des Vosges, des parcs et des jardins parisiens, d’arbres se transformant en formes géométriques, ou encore de plantes tropicales naissantes au Brésil.

Chez ETHIEA Gestion, nous sommes bien face à autre chose : il ne s’agit pas d’un grand espace, il ne s’agit pas d’un open space mais de plusieurs bureaux s’entremêlant, s’entrelaçant ensembles à travers couloirs et baies vitrées. Il semblerait alors que nous entrons dans un véritable labyrinthe, où les œuvres de Siméon Colin sont tantôt ici, tantôt là, tantôt flagrantes, tantôt cachées. Comme si le spectateur pouvait tout à coup accéder à l’esprit de notre artiste Siméon, s’y promener comme Siméon se promène dans une forêt, un parc ou un jardin, l’examiner comme Siméon contemple un arbre ou une plante. Notons également qu’ETHIEA Gestion est une pépite d’or au cœur d’un quartier parfois trop consumériste. Alors que la course à l’argent ne cesse aujourd’hui, ETHIEA Gestion est une entreprise, une société de gestion de portefeuille soucieuse du Bien Commun, à la démarche éthique et humaniste, tenant compte de l’ensemble des acteurs gravitant autour du monde de l’entreprise, avant tout investissement.

Il n’y a pas à dire : qui dit nouveau lieu d’exposition, qui dit nouvelle exposition dit nouvelle ambiance.

Oups, j’oubliais : exposition de Siméon Colin L’Arbre & l’Œil, du 01 au 24 février 2017, du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 15h à 17h30,et sur rendez-vous de 12h à 15h, à ETHIEA Gestion (76 Boulevard Haussmann, 75008 Paris, 3e étage, métro : Auber, Havre-Caumartin, Saint-Lazare)



Article écrit par Océane Stalin.

N’oubliez pas !



N’oubliez pas : aujourd’hui a lieu le vernissage de l’exposition de Siméon Colin L’Arbre & L’Œil (de 17h30 à 20h00) à ETHIEA Gestion (76 Boulevard Haussmann 75008 Paris, 3e étage). Et dès le lendemain, vous pourrez venir admirer du 01 au 24 février 2017 ses petits et grands dessins d’arbres et de forêts nous révélant d’étranges créatures.

Venez nombreux et continuez à nous suivre sur ce site et nos pages Facebook, Instagram et ArtSper !



Article écrit par Océane Stalin.

L’Arbre & l’Œil…



Comme nous l’avons dis dans un précédent article (Quand l’Art rencontre l’Economie, mercredi 04 janvier 2017), Siméon Colin exposera ses chers petits et grands dessins d’arbres au sein de l’exposition L’Arbre & L’Œil, du 01 au 24 février 2017 du lundi au vendredi (de 9h30 à 12h00, de 15h00 à 17h30, et sur rendez-vous de 12h00 à 15h00), au sein de l’entreprise ETHIEA Gestion (76 Boulevard Haussmann 75008 Paris, 3e étage).

Or, pour marquer son lancement, Siméon Colin et toute son équipe vous invite au vernissage le mardi 31 janvier 2017 de 17h30 à 20h00, autour de vins et petits fours.



Article écrit par Océane Stalin. 

Quand l’Art rencontre l’Ethique



L’année 2017 est déjà synonyme de nouveauté pour notre artiste Siméon Colin. De fait, après sa double exposition Mes Arbres préférés, Siméon Colin (à la Mairie du 5e arrondissement) et 20 années d’enseignement à l’ENSAD : 12 dessins choisis par Siméon Colin (à la Galerie Cyal) du 03 au 19 novembre 2016, une nouvelle exposition, intitulée L’Arbre & L’Œil, aura lieu du 01 février eu 24 février 2017, au sein de l’entreprise ETHIEA Gestion.

Groupe indépendant fondé en 2002, ETHIEA est une société de gestion de portefeuilles, spécialisée dans l’analyse de l’éthique et du comportement des entreprises. Plus précisément, ETHIEA propose à ses clients (entreprises mais surtout associations et particuliers) d’investir leur épargne de manière responsable et éthique dans des entreprises soucieuses du Bien Commun.

Or, dans le cadre de sa stratégie de mécénat, cette dernière invite Siméon Colin à exposer ses petits et grands dessins d’arbres, tant fantastiques qu’inquiétants. N’est-il pas intéressant de faire rencontrer l’Art et l’Economie, et surtout l’Art et l’Ethique (mot d’ordre d’ETHIEA) ?

Avant de clore cet article, rappelons quelques informations pratiques : l’exposition de Siméon Colin L’Arbre & L’Œil aura lieu du 01 au 24 février 2017, du lundi au vendredi (de 9h30 à 12h00, de 15h00 à 17h30, et sur rendez-vous de 12h00 à 15h00), au sein de l’entreprise ETHIEA Gestion (76 Boulevard Haussmann 75008 Paris, 3e étage).



Article écrit par Océane Stalin.

Au commencement…



  • « Au commencement était le verbe… »(Prologue de l’Evangile selon Saint-Jean).
  • « Au commencement était la parole… » (Prologue de l’Evangile selon Saint-Jean).
  • « Au commencement était le dessin… » (Siméon Colin).

Un artiste n’est ni muet ni illuminé. C’est avant tout un travailleur. Ainsi, à toute œuvre précède un travail préparatoire. A toute œuvre précèdent des croquis. De fait, emmener un chevalet, une toile ainsi que son fusain ou son encre de Chine pour dessiner un cèdre ou une forêt du Brésil n’est pas des plus facile. Surtout quand le bruit des insectes bourdonnant et butinant, des oiseaux volant et piaillant, des voitures freinant et accélérant, des couleurs criardes et aveuglantes de la ville, composent l’environnement. Ainsi, comme tout artiste, Siméon Colin réalise des croquis de ses arbres, qu’il aime tant dessiner. Ce n’est qu’ensuite qu’il les reprend à son atelier, pour en faire des œuvres majestueuses.

Et pouvoir accéder à ses croquis (mais aussi au matériel de l’artiste), entrer dans l’univers et même l’intimité d’un artiste est sans doute l’un des aspects les plus intéressants de l’Art… Car, n’est-ce pas le travail préparatoire à l’œuvre qui détermine et explique l’œuvre elle-même ?



Article écrit par Océane Stalin. 

Maintenant ou jamais… pour l’instant !



Aujourd’hui se termine la double exposition de Siméon Colin, Mes Arbres préférés, Siméon Colin (à la Mairie du 5e arrondissement, Salle René Capitant, 21 Place du Panthéon 75005 Paris) et 20 années d’enseignement à l’ENSAD : 12 dessins choisis par Siméon Colin (à la Galerie Cyal, 32 Rue de l’Arbalète 75005 Paris). Si vous ne l’avez pas encore vu, c’est maintenant ou jamais… pour l’instant ! Siméon Colin exposera de nouveau ses chers arbres dans les prochains mois. En effet, il n’a pu qu’être encouragé par votre intérêt pour ses œuvres. Car vous avez été nombreux à venir contempler celles-ci (que ce soit pour les motifs, arbres et nus, ou pour la technique, le dessin), et vous avez été nombreux à le féliciter pour son travail artistique.

Mais alors, que retenir de cette double exposition ? Dans un article antérieur (Une promenade parmi des arbres et des nus, 12 Novembre 2016), nous avions souligné l’ambiance conviviale du vernissage, notamment aux côtés de la Mairesse du 5e arrondissement de Paris Florence BERTHOUT. Nous avions également mis en avant la découverte de ses tableaux étonnants, au crayon, au fusain ou à l’encre de Chine, sur petits, moyens et grands formats, créés au cours de ses trois dernières années par Siméon Colin.

Mais, nous devons également retenir une dernière chose : les rencontres bien sûr ! Car une exposition, ce n’est pas seulement un lieu où des tableaux sont exposés pour n’être vu qu’une fois. Ce n’est pas seulement un lieu où des individus passent sans laisser la moindre de trace. Ce n’est pas seulement un lieu éphémère qu’on oubliera à la seconde où il disparaîtra. Amis, artistes, élèves mais aussi inconnus sont venus voir cette double exposition, et ce fut un plaisir de discuter avec eux, avec vous ! Ce fut un plaisir de découvrir votre passion pour la culture et l’art, ce fut un plaisir de vous présenter un nouvel artiste, ce fut un plaisir d’échanger tant sur les tableaux que sur vous. Et pour tout cela, nous vous remercions ! Nous espérons donc vous revoir aux prochaines expositions de Siméon Colin, pour un nouveau plaisir des yeux, à partager ensemble.

P.S. : Nous vous invitons au finissage de cette double exposition ce samedi 19 novembre 2016 à 18h30 à la Galerie Cyal, bien sûr !

capture-decran-2016-11-17-a-15-43-35
Vernissage de la double exposition de Siméon ColinMes Arbres préférés, Siméon Colin et 20 années d’enseignement à l’ENSAD : 12 dessins choisis par Siméon Colin, le 03 novembre 2016 à la Mairie du 5e arrondissement de Paris.


Article écrit par Océane Stalin. 

Une promenade parmi des arbres et des nus



En ce samedi 12 novembre 2016, la double exposition de Siméon Colin a bel et bien déjà commencé depuis plus d’une semaine ! Que le temps passe vite !

Que pouvons-nous déjà retenir de cette double exposition ? Le vernissage à la Mairie du 5e arrondissement bien sûr ! C’est en effet dans une ambiance plus que chaleureuse que l’exposition Mes Arbres préférés, Siméon Colin a débuté. Tandis que les présentations et les discours ne commençaient qu’à 19h00, les invités, les amis, les passants ou encore les inconnus avaient le temps de découvrir cette exposition, basée sur deux étages, dans la salle René Capitant. Puis, après cette promenade parmi les œuvres de l’artiste, la Mairesse du 5e arrondissement Florence Berthout nous a fait l’honneur d’être présente ce soir-là, et de nous faire un discours… car disons-le : les arbres de Siméon Colin, elle les aime. Nous avons également eu le droit à un discours de Siméon Colin lui-même, ou plutôt à une amusante anecdote. Sans oublier vins blancs et vins rouges d’exception, gâteaux apéritifs et goûtus petits fours bien sûr ! Vous avez manqué ce vernissage ? Alors, venez au finissage le 19 novembre 2016 à 18h30 à la Galerie Cyal !

En attendant, venez vous promener aux côtés d’arbres… et de nus ! Car ce qu’il faut également retenir du début de cette double exposition, c’est la découverte bien sûr ! La découverte d’œuvres hors du commun, au crayon, au fusain ou à l’encre de Chine, sur petits, moyens et grands formats.

Commençons d’abord par les œuvres ayant pris racine à la Mairie du 5e arrondissement : au premier coup d’œil, les tableaux de Siméon Colin semblent ne refléter que des arbres et des forêts… Mais quand nous regardons d’un peu plus près, quand nous nous approchons toujours plus de l’œuvre, quand nous nous concentrons sur cette dernière, quelque chose se passe : des formes inconnues et fantastiques semblent s’animer devant nos yeux. Des branches semblent se transformer en oiseaux prenant leur envol. Dès lors, nous ne savons plus très bien où est la flore et où est la faune. Dès lors, les arbres semblent apparaître pour autre chose que ce qu’ils sont. C’est là toute la magie des œuvres de Siméon Colin.

Mais, n’oublions pas non plus les nus s’étant paisiblement installés au creux de la Galerie Cyal. Durant sa carrière d’enseignant à l’ENSAD, Siméon Colin interdisait à certains élèves de dessiner les contours… car pour lui ce n’est pas le trait définitif qui importe, mais bien la forme et ce qu’il y a à l’intérieure de celle-ci : Un dessin au cours de son élaboration, connaît plusieurs phases ou moments différents. Les deux plus difficiles sont le début et la fin. Le début avec le vertige de la feuille blanche et la fin avec l’émotion de l’avoir « achevé » ou même « exécuté », c’est la séparation quand le dessin n’a plus besoin de nous ! Entre ces deux phases, c’est la vie : l’aventure et le plaisir. On regarde, on tourne autour du pot, d’abord vaguement puis de plus en plus proche de la forme en retardant le trait définitif… C’est ce que ne font pas les enfants trop pressés de finir, en prétendant trouver le trait définitif du premier coup, et donc se décourageant très vite. C’est dans cet esprit que pour certains étudiants, il m’est arrivé d’interdire le dessin des contours ou de le retarder au maximum (Siméon Colin). Ainsi, ce sont des nus étonnants, tantôt dramatiques, tantôt réconfortants que nous découvrons à la Galerie Cyal.

Avant de mettre un point final à cet article, rappelons quelques informations pratiques : cet événement regroupe deux expositions, à savoir Mes Arbres préférés, Siméon Colin à la Mairie du 5e arrondissement de Paris (Salle René Capitant, 21 Place du Panthéon 75005 Paris), et 20 années d’enseignement à l’ENSAD : 12 dessins choisis par Siméon Colin à la Galerie Cyal (32 Rue de l’Arbalète 75005 Paris).



Article écrit par Océane Stalin.

Inspirations & Citations n°2



« Seule le dessin permet l’évasion des végétaux lassés de végéter. »

« Un dessin au cours de son élaboration, connaît plusieurs phases ou moments différents. Les deux plus difficiles sont le début et la fin. Le début avec le vertige de la feuille blanche et la fin avec l’émotion de l’avoir « achevé » ou même « exécuté », c’est la séparation quand le dessin n’a plus besoin de nous ! Entre ces deux phases, c’est la vie : l’aventure et le plaisir. On regarde, on tourne autour du pot, d’abord vaguement puis de plus en plus proche de la forme en retardant le trait définitif… C’est ce que ne font pas les enfants trop pressés de finir, en prétendant trouver le trait définitif du premier coup, et donc se décourageant très vite. C’est dans cet esprit que pour certains étudiants, il m’est arrivé d’interdire le dessin des contours ou de le retarder au maximum. »

Siméon Colin.



 

Inspirations & Citations n°1



« L’œil voit, le cerveau regarde. »

« Dessiner, c’est choisir et retenir des essentiels. En ce qui concerne les arbres, il me semble que le plus important, c’est ce qui fait qu’à une distance de cent mètres, on soit capable de distinguer un tilleul d’un chêne ou d’un marronnier… Il y va de la lourdeur ou de la légèreté des branches, et des caractéristiques des cavités entre ces branches. Le grand plaisir, c’est d’être là le matin ou le soir quand les rayons de soleil pénètrent l’arbre horizontalement et nous invitent à entrer. »

Siméon Colin.